Tout est parti d’un échange avec la nounou de ma fille qui lui a acheté des chaussons alors qu’elle en avait déjà.

Bien que j’ai trouvé le geste très gentil, je n’ai pas de suite compris la démarche. La nounou a fini par me dire qu’elle trouvait nos chaussons pas très féminin. En effet je les ai choisi exprès d’une couleur neutre : noir et blanc. Cette situation m’a depuis fait réfléchir car ce n’est pas la première fois que l’on me fait un commentaire sur le style de Jade (« petit garçon manqué »).

Les traditions sont par définition véritablement ancrées dans notre quotidien, dans nos habitudes. J’en avais déjà conscience mais le fait d’être confrontée aux commentaires de notre entourage, proche ou non, me le confirme.

Non, je ne respecte pas les codes car je n’habille pas ma fille uniquement en rose. Au contraire elle est plus souvent en bleu, gris, violet…

Non je ne lui fais pas systématiquement des petites couettes mais je préfère laisser ses cheveux fins et courts à l’air libre.

Non je ne lui mets pas systématiquement des chaussures quand on est de sortie car elle n’aura pas l’occasion de toucher le sol et qu’elle ne marche pas encore.

J’ai moi même un style assez classique, je suis plutôt jeans/baskets que robe/talons. Jade sera inévitablement influencée par ce choix et cela me va.

Nous avons chacun nos convictions, nos principes et je m’attache à l’importance de trouver son propre style, d’être bien dans ses baskets avant tout, de connaître son potentiel, de l’exploiter quand on le souhaite, de ne pas suivre les modes et de se moquer royalement de l’opinion d’autrui. C’est cela le jemenfoutisme !

On est d’accord que ce détachement n’est pas possible à tout âge. Il se construit progressivement et sera plus facile à adopter si l’on a une bonne estime de soi-même.

S’aimer peu importe l’opinion des autres est essentiel car cet avis ; même si il ne part pas d’une mauvaise intention ; peut tout de même heurter ou au moins amener à se questionner sur soi même, or nous sommes tous différents physiquement, mentalement et émotionnellement. Tu donneras les mêmes ingrédients à deux personnes et tu obtiendras deux plats differents. Tu donneras le même vêtement à deux personnes et le résultat ne sera pas le même … Nous sommes uniques et une fois que tu as conscience de cela, il ne te reste plus qu’à affronter (je pèse mes mots) les autres, les tendances, les modèles imposés et tenter de conserver ton individualité grâce au jemenfoutisme :).

D’ailleurs je me questionne : sais-tu faire preuve de « jemenfoutisme » ?

Assumes-tu ton style quelque soit la personne en face de toi ?

Quand vient l’heure de se coucher près de ton/ta bien aimé(e), assumes-tu le fait de porter ton foulard ou d’enlever ta perruque ?

Pour avoir échangé à ce sujet, je sais que cela peut ne pas être évident. La question est de savoir ce qui est le plus important pour toi ? Le regard d’autrui, qui peut d’ailleurs te donner une idée sur la personnalité de l’autre, ou ta propre opinion ?

Comme d’habitude, n’hésites pas à partager ton expérience.

Je t’embrasse.
Audrey

PS1 : En parlant de foulard le soir, j’aurais lors du prochain atelier (le dimanche 11 février), les nouveaux bonnets pour enfants en satin de la marque Esancyel Comptoir Cosmetics et il n’y aura pas que du rose ;).

PS2 : Pour la fin de l’histoire des chaussons. Jade porte ceux de la nounou qui sont d’ailleurs très jolis lorsqu’elle est gardée et nos chaussons lorsqu’elle est avec nous.

Découvre un nouveau concept : le jemenfoutisme

2 avis sur « Découvre un nouveau concept : le jemenfoutisme »

  • 25 janvier 2018 à 20 h 02 min
    Permalien

    J’adhere entièrement à ta philosophie .Et tu verras avec l’age ce sera encore plus formidable

    Répondre
    • 4 février 2018 à 9 h 40 min
      Permalien

      Merci :))

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.