(Post écrit il y a quelques années sur une autre plateforme (Tumblr) désormais fermée)
Pour mes amies blanches mais pas que…

Entre admiration et curiosité, mes amies caucasiennes 😉 sont admiratives face à mes cheveux crépus. Pour celles qui fréquentent des hommes noirs, l’intérêt est encore plus prononcé. Sans doute l’appréhension de devoir gérer les cheveux de leur progéniture 😉

Je profite donc de ce post pour expliquer le comment du pourquoi…

 

°°° UN CONSTAT °°°

Les femmes noires achètent 9 fois plus de produits capillaires que les femmes dites caucasiennes. Pourquoi ? Sont-elles plus coquettes ? Je ne pense pas …

Auraient-elles plus de difficultés que d’autres à s’occuper de leur cheveux correctement ? Hum hum …

°°° NOTRE HISTOIRE °°°

Notre histoire est telle qu’elle est…
La période de l’esclavage a provoqué des problèmes identitaires au sein de notre communauté. Les femmes dans les plantations devaient notamment cacher leurs cheveux sous des coiffes.

La population noire a ensuite cherché à s’assimiler à la population blanche dominante (s’intégrer davantage ?) en se défrisant* les cheveux (*se lisser les cheveux de façon définitive).

Malgré une période révolutionnaire avec les Black Panthers, les Jackson five (60’) et le retour de la coupe afro, ce sont bien les curls, waves, défrisage, perruques, tissages… qui sont restés omniprésents.

image

Depuis 6 ans environ en France, le cheveu crépu reprend du galon. Les femmes veulent porter leur cheveux naturels, les valoriser. Elles dénoncent les dangers de certains produits chimiques, les mauvais gestes : tissages trop serrés, manque de soin etc…

°°° MON HISTOIRE °°°

Ma mère avait conscience des dangers du défrisage. Elle a pendant très longtemps refusé que je le fasse. Mes soeurs et moi ne pensions qu’à lisser nos cheveux car on pensait ne pas avoir d’autres choix et surtout on aurait tout fait pour éviter la séance douloureuse du démêlage. J’ai fini par me défriser les cheveux au lycée.

Il y a 5 ans, lorsque j’ai décidé d’arrêter, je ne savais pas comment m’occuper de mes cheveux. A force de me documenter, d’échanger, d’expérimenter, j’ai fini par savoir de quoi mes cheveux avaient besoin.

image

Voilà mes chères amies pourquoi je parle souvent de cheveux. Pour beaucoup de personnes, il s’agit plus que de cheveux. Des questions d’identité, d’éducation, de santé se posent.

Avant de considérer ses cheveux comme des accessoires de beauté, il faut passer par différentes étapes. Et en effet, à force d’échanger, de travailler avec vous, j’ai pu constater que nous n’étions pas tous au même niveau. Nous traversons différentes étapes lorsque nous décidons de porter notre cheveu à l’état naturel.

Il faut déjà avoir cette volonté de retour au naturel, puis nous découvrons une nouvelle texture de cheveux, de nouvelles habitudes de coiffage. Enfin, lorsque l’on finit par maîtriser notre texture, lorsque l’on fini par se connaître parfaitement capillairement parlant et bien on peut enfin jouer avec ses cheveux. On teste de nouvelles choses…

En définitive, il s’agit de connaître son cheveu, de l’accepter, ne pas chercher à avoir ou faire comme quelqu’un d’autre et être patient.

Si vous avez besoin d’aide pour avoir des cheveux en bonne santé, je vous propose différentes formules d’accompagnement. N’hésitez pas à me contacter (audrey(a)comp-hair.com) si vous avez des questions.

En attendant, je vous souhaite une belle aventure capillaire :).

Prenez soin de vous.
Audrey


Et toi dans tout cela ? A quelle étape te situes-tu aujourd’hui ?

 

 

Pourquoi parles-tu tout le temps de cheveux !?
Étiqueté avec :